Votre navigateur Internet Explorer n’est plus supporté par ce site.
Nous vous recommandons d’utiliser un autre navigateur.

Témoignages sur les Bases Adresses Locales

Retour

De la commune au Département, la collaboration sur les adresses dans le Gers

Publié par Sophie le 12/07/2021

Maire de la commune de Traversères (70 habitants), membre de la Communauté de communes de Val de Gers et géomaticien au Département du Gers, Olivier Barasz détaille une démarche d’adressage en cohérence à plusieurs échelles. Les Bases Adresses Locales progressent de proche en proche et d’autres partenaires s’associent à la démarche.

Comment est née la dynamique de l’adresse ?

Olivier Barasz : j’ai conscience des problèmes liés au manque d’adresse depuis très longtemps, surtout dans des environnements ruraux comme les nôtres où les livraisons ne parviennent pas à destination. J’étais conseiller municipal, avant d’être maire, lorsque nous avons établi le constat des difficultés de livraisons et d’accès des services d’urgence pour tous ceux qui ne disposaient pas d’adresses « normées ». Quelques habitants ont persisté à penser que tout devait continuer « comme avant », mais la plupart a bien compris l’intérêt de se doter d’adresses. Nous n’avions pas alors conscience de la problématique d’adressage des réseaux et avons souhaité répondre au besoin d’adresses pour les livraisons et les services d’urgence. En travaillant sur ce sujet, j’ai distingué d’autres lacunes ayant trait aux chemins sans noms et à ceux cadastrés pas forcément en phase avec les chemins « réels ». Donc avant d’entamer le travail d’adressage, nous avons décidé de commencer par faire dresser un diagnostic complet par un cabinet de géomètres afin de disposer d’un relevé de la voirie. Ensuite, nous avons intégré le numérotage avec les phases importantes d’information et de communication aux habitants, puis l’achat et la pose des numéros et la transmission aux organismes publics. Ce travail s’est effectué sur 2 ans en 2017–2018

Ancien géomètre de l’IGN et géomaticien, j’ai réalisé la saisie des adresses sur cette plateforme du Guichet adresse qui venait de se créer, travail effectué en collaboration avec l’IGN. Vers la fin de la démarche, des communes voisines avec lesquelles nous travaillons régulièrement ont sollicité notre aide. Je suis délégué à la Communauté de communes Val de Gers et elles m’ont contacté de manière très informelle, par téléphone, à l’occasion de vœux, etc. En 2018 et 2019, j’ai ainsi aidé à l’utilisation du Guichet adresse quelques communes proches.

À la suite des élections municipales de 2020, où je suis devenu maire de ma commune, un certain nombre de maires ont souhaité que la communauté de communes s’empare de la problématique pour mutualiser les achats des panneaux de noms de rues et des plaques de numéros. La Communauté de communes m’a proposé de poursuivre le travail sur les adresses dans le cadre d’une commission dédiée, créée fin 2020.

Parallèlement, à la suite d’un webinaire sur l’adressage organisé par l’association régionale OpenIG en utilisant ma casquette de géomaticien au Département du Gers, adhérent d’OpenIG, j’ai demandé s’il était possible de m’accompagner à la première réunion de la commission de la communauté de communes.

Malgré la COVID-19 qui a porté un coup de frein à la démarche, Gabriel Poujol, Chef de projet OPenIG est intervenu et Philippe Abadie, Délégué régional Occitanie a donné le point de vue de l’IGN. Nous nous sommes répartis la présentation.

J’ai continué à travailler en commission adresse de la communauté de communes, en montrant les possibilités des deux plateformes de saisie, Guichet Adresse et Mes Adresses avec ma casquette d’élu avec compétence géomatique. Dans nos petites communes, chacun amène ses compétences — impossible de scinder les choses, les moyens techniques et financiers de nos petites communautés de communes sont limités et ne permettent de créer un emploi dédié. Je joue donc le rôle du technique et je partage avec grand plaisir.

Voilà comment se sont créées les premières bases adresses : des bases créées dans le Guichet Adresse que nous avons transférées dans l’éditeur en ligne Mes Adresses.

Les communes ont donc initié leur Base Adresse Locale à partir de leur propre fichier d’adresse ?

Olivier Barasz : c’est effectivement le cas de celles qui avaient déjà initié la démarche. Elles ont créé leur Base Adresse Locale dans Mes Adresses avec leur fichier exporté du Guichet Adresse. Pour celles qui débutent la démarche, je les oriente plutôt à saisir les adresses directement dans Mes Adresses. Je leur explique qu’elles pourraient ainsi certifier leurs adresses, un sujet important pour la réutilisation dans les GPS. Les maires ont comme priorité la réutilisation des adresses dans les GPS, trop lente de leur point de vue. Je leur ai expliqué que les Bases Adresses Locales étaient reprises plus rapidement. Et j’ai trouvé très intéressantes les nouvelles fonctionnalités permettant de lier un lieu-dit ou un hameau à une adresse. Je n’ai pas encore commencé à gérer les liens adresses-parcelles, mais je vais le faire. Cette avancée est évidemment encore plus intéressante. Et idéalement il serait bienvenu de faire savoir comment sont réutilisées les adresses, comment les opérateurs les reprennent.

Capture d’écran de la Base Adresse Locale de Traversères dans Mes Adresses 12/07/2021

Effectivement, d’ailleurs, une page est en cours de rédaction pour rendre transparente la feuille de route et les réutilisations. Dans l’attente, l’explorateur de la Base Adresse Nationale intègre un petit développement permettant d’ouvrir un point GPS sur un mobile ou une tablette et donc de calculer un itinéraire.

Enfin le dernier échelon, le Département

Olivier Barasz : en 2003, le Département du Gers a engagé des démarches de mutualisation pour créer la Banque de Données Territoriales du Gers (BDT32) à partir de la numérisation du cadastre. Nous réunissons plusieurs dizaines de partenaires, l’ensemble des communautés de communes, de très nombreux syndicats, l’État, etc. Profitant de ce cadre, nous lançons au besoin des groupes de travail, par exemple, sur les haies ou l’eau, l’érosion des sols. Dernièrement, j’ai proposé que le Département se positionne également sur l’adresse : ma demande a été validée.

Lorsque j’interviens auprès d’une communauté de communes — en dehors de la Communauté de communes Val de Gers — j’interviens désormais avec la casquette du Département du Gers. Les services sont identiques : assistance, information.

Nous avons décidé de ne pas nous substituer aux communes pour la saisie des adresses mais de mutualiser les remontées et les descentes d’informations sur notre portail web de données ouvertes. J’ai créé des pages dédiées au travail collaboratif, accessibles aux personnes qui ont un compte — cela pourra évoluer. Les communes accèdent ainsi à la documentation, notamment celle que vous mettez en ligne, des liens, des modèles de délibération, des exemples de courriers, de publipostage, etc.
Récemment, j’ai pris attache auprès du SDIS pour l’associer à la démarche d’autant que la convention qui nous lie prévoit des réunions d‘information sur la problématique adresse spécifique aux secours. J’ai également contacté le syndicat Gers numérique en charge du déploiement de la fibre sur quasiment la totalité du Département. Comme ce syndicat rassemble toutes les communautés de communes, il me semble pertinent de les solliciter pour sensibiliser à l’adressage avant l’arrivée de la fibre. En effet, les raccordements à venir sur les cinq prochaines années concernent des communes rurales en habitat dispersé où l’installation sera plus compliquée sans adresse fiabilisée. Cela vaut le coup de travailler avec Gers Numérique pour anticiper les problèmes et le Département doit tenir ce rôle d’animation dans le cadre de la banque de données territoriales.

Les élections municipales de 2020 et départementales de 2021 ont généré des phases d’attente, le temps que les nouveaux représentants soient en place. Nous avons dans ce laps de temps ajouté un autre partenaire, l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF). C’est un peu plus complexe à mettre en place par manque de convention, mais avec environ 150 communes du Gers adhérentes à l’AMRF, nous disposerons d’un autre point d’attaque pour informer les maires et les inciter à s’engager dans une démarche d’adressage.

Et quelles sont les suites et vos besoins sur Mes Adresses ?

Olivier Barasz : j’ai conseillé aux maires d’associer les adresses aux parcelles et aux toponymes, c’est essentiel pour fiabiliser les adresses souvent mal positionnées si on se limite au cadastre tel qu’il est renseigné dans nos communes.

Au niveau du Département, j’aimerais pouvoir récupérer la saisie faite par les communes dans la BAN sur les noms de voie et pas seulement le point adresse, afin que la donnée saisie lors de la création de la voie par la commune soit réutilisable. C’est dommage de perdre cette saisie. En effet, il existe un gros manque au niveau de cette information dans les Bases de Données nationales telles que la BDTOPO® de l’IGN. Actuellement, nous ne disposons que de la donnée issue des plans cadastraux, qui n‘est malheureusement que partielle et pas assez exhaustive.

J’aimerais également que les toponymes certifiés dans la Base Adresse Nationale puissent être importés dans Mes Adresses.

Propos recueillis le 2 juillet

Pour aller plus loin : Base Adresse Locale de Traversères en consultation

Retour