Votre navigateur Internet Explorer n’est plus supporté par ce site.
Nous vous recommandons d’utiliser un autre navigateur.

Le Blog de L’Adresse

Retour

Sur le terrain : à vélo pour vérifier les adresses de Longchamp-sur-Aujon

Publié par Sophie le 27/09/2022

Le site Internet de la petite commune de Longchamp-sur-Aujon (410 habitants) dans l’Aube, surprend par la qualité des informations diffusées sur l’adresse, largement aussi complètes que celles des sites « d’experts ». Dans son témoignage, Bertrand Thiebault, maire adjoint de la commune, détaille sa démarche pour mettre à jour les adresses. Les maîtres-mots : croisement des sources, vérification méticuleuse sur le terrain et à vélo !.. consultation des habitants. Une démarche originale et vertueuse.

Quelle est l’origine de votre démarche sur l’adresse ?

Bertrand Thiebault : lorsque la fibre a été installée dans notre commune, mon adresse n’était pas répertoriée. J’ai saisi le sujet. Remontant à la source sur le site de Losange1, organisme en charge du déploiement pour la Région Grand-Est, j’ai appris qu’il existait une Base Adresse Nationale. Il fallait que je me « rapproche de la mairie » : chose simple en tant que maire adjoint !

J’ai alors découvert l’outil2 pour mettre à jour les adresses et me suis dit « Allons-y ! ». J’ai cherché comment procéder pour ajouter mon adresse personnelle, avant de me lancer dans l’ouvrage pour répertorier et certifier l’ensemble des adresses de la commune. Je dois vous avouer que je pensais y consacrer une petite journée pour environ 250 adresses, et qu’en dégageant quelques heures par ci par là, j’en aurais pour quelques jours. Je me suis lancé dans un travail bien plus chronophage que je ne le pensais, mais très intéressant à l’échelle de la commune. J’ai ainsi découvert des petits passages dans lesquels je ne m’étais jamais insinué, mais aussi quelques incohérences dans les noms des différents lieux-dits. J’ai tout remis à plat.

Effectivement, l’habitat n’est pas groupé dans votre commune !

Bertrand Thiebault : les hameaux ne sont pas éloignés non plus, j’ai tout parcouru à vélo plutôt qu’en voiture. Notre adressage présente donc même un bon bilan carbone ! (rire, ndlr). En allant sur le terrain, j’ai rencontré ces habitants qui se sentent parfois un peu oubliés dans les petits hameaux. D’ailleurs, nous sommes en pleine consultation avec les habitants du hameau d’Outre Aube pour modifier le nom de la Grand Rue, souvent confondue avec la rue principale du village, dénommée Grande Rue, ce qui pose un certain nombre de problèmes pour les livraisons.

Capture d'écran de la Base Adresse Locale de Longchamps-sur-Aujon - 27/09/22

Quand vous rencontrez un problème, comment procédez-vous ?

Bertrand Thiebault : les habitants du hameau d’Outre Aube ont reçu un appel à consultation dans leurs boîtes aux lettres. Libre à eux de proposer un nouveau nom, qui se rapporte à un fait historique ou autre. S’il se dégage un certain consensus, nous prendrons une délibération en Conseil municipal. Nous nous sommes également renseignés auprès de la Sous-Préfecture sur la manière de renommer une voie et les implications des changements pour les habitants. Ils devront faire modifier l’adresse sur leur carte grise. Nous avons pris en compte toutes les conséquences de cette décision de changer le nom de la rue.

Vous avez trouvé d’autres adresses posant problème ?

Bertrand Thiebault : j’ai découvert d’autres points noirs du même ordre au cours de mes visites sur le terrain, avec des lieux-dits sans numérotations par exemple. Nous allons mettre en place la numérotation dans ces cas-là. Même si l’outil informatique sur le web est déjà lui-même assez simple et compréhensible, il reste toujours des « petits trucs » moins évidents. Je dois bien vous avouer que la notion de toponyme3 est encore un peu floue. J’ai récupéré des adresses lorsque j’ai créé la Base Adresse Locale sans trop comprendre d’où elles provenaient. Il m’a fallu du temps pour replacer les numéros correctement, définir leur position « entrée » ou « bâtiment ».

Au début, j’ai pensé pouvoir me contenter d’un coup d’œil sur Google Earth® sans me déplacer. Or la réalité du terrain fait qu’il faut aller sur place. Voilà donc comment j’ai procédé : j’ai croisé différents plans, différentes bases. Mais cela n’a pas suffi, j’ai pris mon vélo pour rencontrer les habitants et vérifier auprès d’eux les numéros. La commune a parfois  fourni des plaques sans qu’elles aient toujours été posées. Certaines ont d’ailleurs été effacées.

Et j’ai trouvé des curiosités : deux numéros de part et d’autre d’une maison donnant sur deux voies différentes. Les habitants ne savaient pas quelle était l’adresse légale, les impôts utilisant une adresse, la facture d’eau arrivant à l’autre adresse. Je reste encore dans l’attente de confirmation d’une petite dizaine d’adresses, faute d’avoir pu rencontrer, par exemple, un habitant qui ne voulait pas placer la plaque de numéro. Les voisins ne savaient pas trop non plus s’il s’agissait du 3 ou du 5 de la voie.

Capture d'écran de la page du site Internet de la commune - 27/09/2022

La population a bien accueilli la démarche ?

Bertrand Thiebault : nous n’avons pas encore reçu les retours des habitants. L’information municipale vient d’être publiée sur le site Internet. Aucun problème particulier n’a été retourné pour le moment. Nous en sommes à 94,7 % d’adresses certifiées. J’ai dressé la liste des points pour lesquels nous devons trancher et le Conseil municipal se réunit dans les prochains jours. Et quid des bâtiments techniques du type station d’épuration, point de captage d’eau, château d’eau… doit-on les référencer ?

Pas les petits locaux techniques du type captage d’eau, abris bus, transformateurs. S’il y a des bureaux, par contre, ils sont adressables4.

Pour ma part, j’ai trouvé l’adressage amusant à réaliser : pas de souci pour s’approprier l’outil. Surtout je me suis bien reposé sur vos guides très didactiques. Je craignais d’avoir affaire à des guides austères. Et puis non, ils sont rédigés simplement, présentent des exemples assez concrets. C’est une bonne base pour dégrossir le sujet.

Alors, vous êtes le premier maire journaliste dont nous présentons le témoignage

Bertrand Thiebault : c’est intéressant de casser le cliché « élu de commune rurale qui ne comprend pas les outils numériques ». Notre Conseil municipal présente des profils assez variés, d’une grande richesse. Chacun, en fonction de ses compétences, amène ce qu’il peut pour la commune. J’ai presque pris l’adressage comme un jeu, avant de m’apercevoir que les règles étaient quand même un peu complexes. Voilà une longue « partie de Monopoly » : vérifier les adresses, faire le tour à vélo, échanger avec les habitants, revenir pointer les corrections. Mais tout cela était sympathique et enrichissant, permettait de discuter avec les habitants : « vous habitez où », « quelle est l’adresse précise ? », « où est placé le numéro ? »...

Avez vous des questions ? Des souhaits ?

Bertrand Thiebault : je me demande que faire des adresses importées lors de la création de la Base Adresse Locale pour des petits cabanons en forêt qui portent des numéros. Faut-il les supprimer ? Les intégrer ?

Je vous conseille de les conserver en cas de bâtiment agricole, de bergeries, etc. En cas d’appel de secours, il est important de les trouver.

Bertrand Thiebault : il faut que j’aille vérifier si une activité est maintenue. Je vais éventuellement refaire les numéros et ajouter une cabane de chasse. Comment la numéroter ? Elle est proche d’un chemin communal, et je peux la rattacher.

Vous pouvez placer deux positions lorsque les locaux sont loin de la route, avec une position entrée sur la route (renseigne alors l’accès) et une autre sur le bâtiment (renseigne alors le lieu précis en cas d’appel de secours). La commune n’est plus obligée d’acheter les plaques de numéros5.

Propos recueillis le 6 septembre 2022

Notes :
1 Losange fait partie des Partenaires de la Charte de la Base Adresse Locale et à ce titre encourage les communes à mettre à jour leurs adresses avec une BAL.
2 L’éditeur national gratuit en ligne Mes Adresses.
3 Effectivement, on englobe dans la liste des toponymes des voies qui ne sont pas directement numérotés (hameaux par exemple) et dans la liste des voies figurent les voies (Chemin, Rue, etc.) qui sont numérotées. Dans le cas de hameaux et lieux-dits, il reste à associer les hameaux et lieux-dits aux voies numérotées pour qu’ils figurent bien dans la Base Adresse Nationale. Sinon, ils seront référencés seulement dans un fichier séparé. La commune a quand même intérêt à recenser les voies communales afin que le calcul de la DGF en tienne compte.
4 Par contre, si vous voulez que le fond de carte soit très précis, vous pouvez contribuer au projet OpenStreetMap et renseigner ces adresses, les fontaines, les défibrillateurs, par exemple, etc. Vous pouvez renseigner les sentiers, circuits de VTT, etc. Vous pouvez également vous servir de cette BAL comme socle pour d’autres services pour la commune.
5 Que va changer la loi 3DS pour les communes sur leurs adresses ?

Retour